Une partie des personnes soutenant la lutte contre ou se disant contre l’ex-aéroport ou contre l’ex-aéroport et son monde utilisent encore cette même allégorie de l’union sacrée, celle du Mouvement.

Le mouvement. Certes, un temps, il était encore justifié d’utiliser cette métaphore pour désigner l’ensemble des forces qui s’opposaient de diverses manières au projet d’aéroport concocté par la technocratie économique typique de l’époque dans laquelle nous vivons. Le mouvement ; cette chimère unificatrice, rappelant les heures déprimantes de la France pré-14-18, soit honnie, soit idolâtrée, soit les deux à la fois, par la grande partie des personnes vivant sur zone, de leurs soutiens et plus généralement, des mouvements révolutionnaires ou en quête d’ « alternatives ». Aujourd’hui – et ce n’est pas neuf, le mouvement est mort. Doit-on le pleurer ? Doit-on jeter l’opprobre sur les voix qui actent cet état de fait, en arguant qu’elles ne font qu’abattre notre lutte et jeter un voile de pessimisme poussant vers le bas toutes nos initiatives ? Non, les termes sont mal posés.

-

Le mouvement contre l’aéroport a gagné. Et à cet instant, le mouvement contre l’aéroport est mort car il n’avait plus lieu d’être. Toutes les bonnes choses ont une fin, et le mouvement contre l’aéroport en fait partie. Il est entré dans les histoires de luttes, ses objectifs ont été atteints, qu’y a-t-il à en espérer d’autre ?

Ce que par contre l’Histoire n’a pas capturé et ne pourra pas capturer, ce sont les alliances élaborées, les amitiés tissées, les conflits résolus ou non, les ententes franches ou cordiales, le partage libre, la joie propulsée comme une fusée, la colère qui explose tel un coco sur un blindé, les tristesses refoulées, les deuils, les compromissions idéales, les rages contenues puis balancées sur les lignes de flics et le parvis de la préfecture nantaise, les cassages de gueules de voisin-e-s, les euphories, les lignes de fuite empruntées, les lignes dures abandonnées, et tous ces trucs qui ont existé en parallèle du mouvement, et qui existent encore pour la plupart, même maintenant.

-

le cagoulé débattant avec l’écologiste ex-soixante-huitard à quelques dizaines de mètres de la barricade

le péage gratuit réussi dans le sud-ouest du territoire français avec le soutien de personnes qui n’auraient jamais fait de trucs répréhensibles par la loi « mais là quand même merde, c’est pour la zad ! »

le type pas à l’aise dans ses baskets, avec des réactions bizarres, qui serait probablement taxé de n’importe quel terme psychophobe à l’extérieur de la zone mais qui peut vivre une vie un peu plus peinard-e ici

la cadreuse d’une grande chaîne télé qui sourit quand un point est marqué côté zad

l’antispéciste qui rigole avec le voisin éleveur

une cantine de la zone offrant bouffe à prix libre place de la République à Paris

la féministe qui engueule ses alliés qui jouent le jeu de ses oppresseurs

le « zadiste de l’est » qui passe chez le « zadiste légaliste dans l’équipe presse-délégation préfectorale-gestion de liste intercomités » pour grignoter un bout

le cagoulé du début qui bine un bout de parcelle de potager collectif

l’occupante qui a vécu en squat urbain de manière consciente et revendiquée toute sa vie et qui est lancée maintenant dans une signature de convention d’occupation précaire

les prolos, précaires, grévistes, intérimaires, zonard-e-s qui visitent la zone pour la première fois et qui n’avaient jamais foutu un pied en dehors de la ville avant

la « zadiste légaliste » d’avant qui s’entraîne à la fronde toute seule dans un champ dégagé

-

Quand on parle de l’esprit de la zad, c’est de ça dont on parle. Ce truc un peu fourre-tout, qui se vit par bribes à bien d’autres endroits. Mais ce truc imprécis et bizarre, il n’y a qu’à la zad qu’on voit ça. Mais malgré la romance qu’on pourrait en faire et les simplifications utiles à une communication extérieure, ça ne représente ni la composition, ni le mouvement.

-

J’ai l’impression (et j’imagine qu’elle est partagée) que petit à petit, les discours parlant de composition, des différentes composantes du mouvement, que petit à petit, toute cette dialectique s’étiole et quand auparavant celle-ci était minoritairement rejetée, dorénavant les esprits de toutes et tous commencent à s’habituer à ce changement de paradigme, ou alors sont déjà clairement passés de l’autre côté de cette ligne qui rendait réelle, presque palpable, ces notions développées par la lutte contre l’aéroport.

Oui, c’était un pari incroyable que d’imaginer des alliances entre anarchistes et élus parlementaires, entre squatteureuses et propriétaires terriens, entre hippies et mécanistes, entre militant-e-s anticolonialeux et milieu militant blanc, entre artisan-e-s de la bricole et boucleurs de brebis. C’était la force de la composition, mais dans le même temps la faiblesse des communautés de lutte comprises à l’intérieur : en luttant pour un objectif commun, malgré les divergences politiques, il est possible de gagner, quitte à laisser ses idéaux de côté.

Maintenant que l’aéroport a été déclaré comme abandonné, les forces en présence ne sont plus les mêmes. Il ne reste plus que « et son monde », morcelé par les coups de pression de la préfecture, les craintes de quelques-un-e-s à vouloir garder leurs acquis et à avancer avec pragmatisme, les actes des lutteureuses pour qui la lutte ne s’arrêtera jamais tant que la guerre sera là et tant d’autres tiroirs que les influenceurs ont su tirer et tirent encore afin de transformer cet espace d’émancipation collective en une zone de conflits irréconciliables.

-

Dans un contexte de dépolitisation dans la vie publique où on nous a toujours dit de nous méfier des idéologies, où on s’est habitué à utiliser un vocabulaire discernable pour les médias voulant bien diffuser nos faits d’armes, d’auto-défense administrative, de vie commune et de philosophie libertaire, ce qu’il nous manque aujourd’hui sont les mots. Nous ne sommes pas seul-e-s, le monde nous regarde et vue la voie sur laquelle nous sommes lancé-e-s, il n’attend plus rien de nous de radicalement révolutionnaire. Il n’y a plus qu’à le prendre par surprise.

Alors allons-nous maintenant clairement discuter positionnements politiques et mettre des mots empreints d’histoires de luttes sur tout ça et un peu éclaircir cette merde ? Plutôt que d’utiliser des passerelles linguistiques comme la construction des communs, osons utiliser le mot communisme. Au lieu d’écrire sur les dérives anti-autoritaires ayant lieu dans les milieux militants et à la zad, osons utiliser le mot anarchisme. Au tag ZAD PARTOUT, osons vider la bombe et ajouter internationalisme. Blocage, sabotage, émeute, réquisition, indépendance, sécession, révolte, libération, …

Réimprégnons-nous de cet imaginaire et diffusons-le en nous-mêmes et vers l’extérieur. Quoiqu’en disent les relais médiatiques, c’est à nous et nous seul-e-s qui vivons à la zad, ici ou ailleurs, de redonner du sens à ces pratiques et de s’appuyer sur les victoires et défaites de luttes passées pour l’émancipation qui ont donné à cette Zone d’Autonomie Définitive son corpus, habitant les esprits de tou-te-s, consciemment ou non : solidarité, autogestion, humilité, déconstruction des rapports sociaux, amour.

-

Assumons les divergences d’opinions politiques sur la zone et au-delà, prenons en acte et sautons dans l’inconnu, avec ou sans eux. Ici ou ailleurs, il nous faut reconstruire les habitats, la fougue en nos idéaux, nos cercles de solidarité et reconstruire envers nous la confiance des révolutionnaires permanent-e-s qui ont cru que nous nous étions tou-te-s soumis-e.

-

Camille